Bouygues Telecom affiche une bonne dynamique pour l’année 2019. Le chiffre d’affaires de l’opérateur a atteint 6,058 milliards d’euros, en hausse de 13 %. Ces résultats reflètent la croissance de la base clients Mobile et Fixe, ainsi que des ABPU*  en hausse.

En effet, le Groupe Bouygues a récemment publié ses résultats financiers pour l’année 2019. Sur l’année 2019, « l’activité commerciale de Bouygues Telecom confirme sa forte dynamique » annonce le communiqué.

Sur le mobile, le nombre d’abonnés (hors MtoM) a atteint 11,5 millions fin décembre 2019, en hausse de 653 000 sur l’année dont 152 000 sur le quatrième trimestre.

Sur le fixe, Bouygues Telecom comptabilise désormais 3,9 millions de clients dont 1 million en FTTH. Sur l’année, l’opérateur a recruté 427 000 nouveaux clients FTTH, dont 142 000 sur le seul quatrième trimestre. Le taux de pénétration FTTH s’élève ainsi à 25 % à fin 2019 contre 16 % un an auparavant.

Le chiffre d’affaires de Bouygues Telecom en 2019 s’établit à 6,058 milliards d’euros, en hausse de 13 % et de 12 % à périmètre et change constants sur un an. Il inclut un chiffre d’affaires Services en croissance de 8 % comparé à 2018, à 4,597 milliards d’euros. Cette performance est notamment dû à une croissance de la base clients Mobile et Fixe, ainsi qu’une facturation moyenne par utilisateur (ABPU*) en hausse. Pour la première fois depuis 2011, l’ABPU* sur le mobile augmente au quatrième trimestre 2019 sur un an (+0,5€ à 19,7€ par client par mois). Sur le fixe, la facturation moyenne est en hausse de 1,1€ à 27,0€ par client par mois sur l’année.

L’EBITDA (Indicateur des résultats économiques créé aux USA (Chiffre d’affaires – Achats – Charges externes – Charges de personnel)) après Loyer atteint 1,411 milliards d’euros en 2019, en forte hausse de 147 millions d’euros sur un an. La marge d’EBITDA après Loyer s’établit à 30,7 %, en hausse de 1 point par rapport à 2018.

Le résultat opérationnel courant ressort à 540 millions d’euros en 2019, en hausse de 86 millions d’euros sur un an. Le résultat opérationnel est en repli sur l’année de 166 millions d’euros à 610 millions d’euros. Bouygues Telecom explique ce résultat par de moindres plus-values de cession de sites (63 millions d’euros en 2019 contre 250 millions d’euros en 2018) et un produit non courant de 110 millions d’euros comptabilisé au troisième trimestre 2018 lié à l’annulation de charges à payer antérieures à 2018 sur les redevances des fréquences 1800 MHz.

Les investissements bruts d’exploitation ressortent à 940 millions en 2019, en baisse de 302 millions d’euros sur un an. Le cash-flow libre s’élève à 301 millions d’euros en 2019, en progression de 109 millions d’euros sur l’année. Bouygues Telecom atteint ainsi son objectif de cash-flow libre fixé en 2017.

Bouygues Telecom a également rappelé qu’en 2019, il a été élu par l’ARCEP (le gendarme des télécoms) meilleur réseau dans les zones rurales en France et deuxième, en moyenne, sur l’ensemble du territoire pour la deuxième année consécutive. L’opérateur couvre aujourd’hui 99 % de la population en 4G grâce à un parc de 21 000 sites mobile fin 2019. L’objectif fixé est de 28 000 sites mobile pour fin 2023. Sur la fibre, Bouygues Telecom dispose à fin 2019 de près de 12 millions de prises FTTH commercialisées et a revu à la hausse son objectif pour fin 2022: 22 millions de prises FTTH commercialisées contre 20 millions précédemment.

L’opérateur veut également accélérer sur le marché entreprises (BtoB) en proposant une gamme complète de solutions fixe et mobile. L’objectif est d’accroître sa part de marché sur les Grands Comptes et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire), en développant des services innovants grâce à des partenariats stratégiques et en tirant avantage de sa part de marché dans le mobile. Il vise également à accroître sa part de marché sur les TPE et PME en capitalisant sur l’infrastructure FTTO (fibre jusqu’au bureau) en zones très denses et en s’appuyant sur les récentes acquisitions de Keyyo et Nerim.

Pour finir, Bouygues Telecom annonce poursuivre sa stratégie d’optimisation de la gestion de ses infrastructures. Il a notamment officialisé deux projets évoqués fin 2019 :

  • Le projet « Saint Malo » visant à déployer une infrastructure nationale de fibres optiques (FTTA et FTTO) pour répondre à la croissance des usages data sur ses réseaux. L’objectif est de relier en fibre les équipements réseau de Bouygues Telecom (antennes Mobile et NRO) et de pouvoir proposer des offres Fixe Très Haut Débit aux entreprises. Bouygues Telecom est en négociation avec un partenaire pour déployer l’infrastructure, la commercialiser et en gérer l’exploitation, dans le cadre d’une coentreprise dont Bouygues Telecom sera actionnaire minoritaire. Ce projet représente environ 1 milliard d’euros sur sept ans. Un contrat de service long terme sera conclu entre l’opérateur et la coentreprise.
  • Le projet « Astérix » avec pour objectif d’accélérer le déploiement FTTH de Bouygues Telecom en ZMD. Une coentreprise, dont Bouygues Telecom sera actionnaire minoritaire, achètera à Orange les prises FTTH par tranches de 5 % de lignes construites sur une zone, au fur et à mesure de la croissance du nombre de clients. Bouygues Telecom aura accès à ces infrastructures via un contrat de prestations de services à long terme avec la coentreprise. Par ailleurs, Bouygues Telecom cèdera à la coentreprise les contrats de co-investissement existants et cette dernière achètera à Orange les prises FTTH aujourd’hui louées par Bouygues Telecom. Un appel d’offres est en cours pour choisir un partenaire.

*Average Billing Per User = facturation moyenne par utilisateur

Pour signaler une erreur dans l’article, surlignez le passage en question et pressez les touches Ctrl+Entrée de votre clavier.