Bouygues Telecom saisit le Conseil d’État pour faire annuler la loi « anti-Huawei ». Selon les informations de l’Express, l’opérateur a décidé de passer à l’offensive pour se libérer des contraintes d’utilisation des équipements du constructeur chinois.

Après avoir essayé de reporter les enchères 5G prévues fin septembre ainsi que de changer leurs conditions d’attribution (demandes rejetées par le Conseil d’Etat), l’opérateur de Martin Bouygues saisit donc le Conseil d’État dans l’espoir de faire annuler le décret de la loi dite « anti-Huawei ».

Promulguée en août 2019, cette loi soutenue par le député Eric Bothorel a pour objectif de « préserver les intérêts de la défense et de la sécurité nationale de la France dans le cadre de l’exploitation des réseaux radioélectriques mobiles ». Celle-ci semble donc viser particulièrement le constructeur Huawei soupçonné d’espionnage pour le compte du Gouvernement Chinois. Du côté des opérateurs, cette loi se traduit notamment par une obligation de demander l’autorisation de l’ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information) avant de déployer un nouvel équipement ou logiciel sur le territoire.

Le Gouvernement Français semble véritablement vouloir limiter la présence de Huawei puisque la semaine dernière, Bouygues Telecom a annoncé qu’il lui avait été demandé de procéder au retrait de 3 000 antennes Huawei situées en zones denses d’ici 2028. L’opérateur a également interdiction d’installer des équipements Huawei à Strasbourg, Brest, Toulouse et Rennes, des villes où se trouvent des installations stratégiques.

En demandant l’annulation de ce décret, Bouygues Telecom espère donc se libérer des contraintes d’utilisation des équipements Huawei qui représentent une bonne partie de son réseau mobile.

Emmanuel Macron est aussi revenu sur le sujet ce matin et a expliqué qu’aucun constructeur ne serait exclu pour la 5G, « mais la volonté est affirmée, alors que nous avons deux fournisseurs européens – Ericsson et Nokia – d’avoir une vraie solution industrielle européenne, pleinement sécurisée, sous nos législations parce qu’il en va de la sécurité de nos communications et de la sécurité de nos réseaux 5G » (source Reuters)

Pour le moment, Bouygues Telecom n’a pas fait de commentaires sur le sujet.

Pour signaler une erreur dans l’article, surlignez le passage en question et pressez les touches Ctrl+Entrée de votre clavier.