L’ARCEP lance une consultation publique sur la 5G. Conformément à sa feuille de route qui prévoit un début de commercialisation de la 5G en 2020, le gendarme des télécoms souhaite connaitre la vision des différents acteurs des télécoms sur le futur réseau mobile.

En effet, l’ARCEP prévoit de lancer dès mi-2019 les premiers appels à candidatures pour les attributions des fréquences pour la 5G. L’ouverture à la commercialisation des premiers services basés sur le futur réseau mobile est prévue pour 2020. Rappelons que la 5G permettra de proposer des débits plus importants, de réduire les latences et d’accroître la fiabilité des réseaux.


Afin de préparer les prochaines procédures d’attribution des autorisations d’utilisation des fréquences pour la 5G, notamment dans les bandes 3,4-3,8 GHz, 26 GHz et 1,4 GHz, le gendarme des télécoms vient de lancer une consultation publique. Cette dernière va permettra aux opérateurs, équipementiers, collectivités territoriales, et acteurs des « verticales  » de l’économie de s’exprimer sur leur besoin. Ces derniers ont jusqu’au 19 décembre 2018 pour s’exprimer.

L’ARCEP, qui compte sur la 5G pour faciliter la numérisation du pays et le développement de nouvelles technologies comme la réalité virtuelle, les véhicules autonomes et connectés, la ville intelligente, ou l’industrie du futur, pourrait s’appuyer sur des « conditions et modalités inédites » pour attribuer les fréquences aux différents acteurs du marché.

La consultation publique porte donc sur les sujets suivants :

  • les performances de la 5G et les usages qu’elles permettront : comment l’amélioration des performances des réseaux attendue avec la 5G sera un catalyseur de nouveaux usages, et cerner le lien entre cette nouvelle technologie et l’innovation et la compétitivité.
     
  • les besoins des différents types d’acteurs : la multitude d’acteurs qui pourraient avoir un intérêt à rapidement disposer de la 5G, que ce soit les utilisateurs ou les fournisseurs de services, va nécessairement recouvrir un large éventail de besoins en termes de performances et de calendrier. Les questions de la consultation portent sur des modes d’accès innovants et flexibles aux réseaux 5G.
     
  • le type et le contenu des futures autorisations, notamment leurs potentielles obligations de couverture ou de réponse aux besoins des verticaux : un ensemble d’obligations sont soumises à consultation, en fonction des différentes performances de couverture attendues des bandes de fréquences, et des mécanismes d’accès sont également proposés au regard des besoins des verticaux.
     
  • bande par bande, les quantités de fréquences disponibles et le calendrier d’attribution : chacune des bandes candidates à attribution fait l’objet de questions sur la taille des blocs de fréquences à attribuer, notamment au regard des performances et du spectre disponible, ainsi que sur les calendriers à envisager lorsque les bandes de fréquences ne sont pas intégralement disponibles immédiatement sur l’ensemble du territoire.

Une deuxième consultation sur le ou les textes d’appel à candidatures sera lancée et ensuite proposée au Gouvernement.

Rappelons qu’en juillet 2018, Bouygues Telecom a annoncé avoir lancé sa première expérimentation 5G à Bordeaux. Depuis, l’ANFR a autorisé 17 stations 5G afin que l’opérateur puisse tester son nouveau réseau dans la ville et ses alentours.

Pour signaler une erreur dans l’article, surlignez le passage en question et pressez les touches Ctrl+Entrée de votre clavier.