googleplus ee coverpage new

 
Il y a encore 2 mois, l’option envisagée était une introduction en Bourse, Le quotidien Les Echos(20/10) évoquait une introduction en Bourse, mais également un sortie totale d’Orange. Orange était : "convaincu que la structure actionnariale actuelle est ce qui permet de valoriser au mieux l’entreprise". Stéphane Richard, confiait récemment que "la situation 50%-50%" ne pouvait pas durer "sur le long terme". 
 
Un communiqué conjoint indique que la vente à British Telecom est également sur la table. Mais celui-ci qui souhaite revenir dans le mobile est également en train d’examiner le rachat de son ex branche mobile devenue O2 propriété de l’espagnol Telefonica. 
 
La cession de la part d’Orange dans EE signerait la sortie de l’opérateur de Grande-Bretagne. Aujourd’hui, Orange a clairement fait le choix de l’Espagne, son deuxième marché après la France. Il est en train de racheter Jazztel, le quatrième opérateur espagnol, pour 3,4 milliards d’euros. Soit sa plus grosse acquisition depuis une dizaine d’années. La consolidation du secteur des télécoms se poursuit donc en Europe avec une stratégie de convergence fixe-mobile. A ce sujet, Vodafone étudie l’acquisition d’un câblo-opérateur comme Liberty Global qui est présent en Grande Bretagne sous la marque Virgin Média. 
 
Alors que la consolidation fixe/mobile semble en marche en Grande-Bretagne autour de Vodafone et de British Telecom, comme Orange n’est pas dans le jeu, l’heure est à la vente.

Pour signaler une erreur dans l’article, surlignez le passage en question et pressez les touches Ctrl+Entrée de votre clavier.