SFRNC

 
Cela passera aussi par : "Le groupe compte actuellement six marques dans le grand public et sept pour les entreprises. C'est trop. SFR sera la marque emblématique du groupe.", mais "nous n’entrerons pas dans une nouvelle guerre des prix (…) Il n’y aura pas de migration forcée des clients des services fixes
 
Et enfin contrairement à ce qu’avait laissé fuité un dégé du nouveau groupe "Nous nous considérons comme les acheteurs naturels (de Bouygues Telecom). Nous avons une importante base de revenus donc il y aurait un important potentiel de synergies", pour lui : "Nous n'en avons pas besoin! (…) La situation evoluera mais à quelle échéance ?
 
Et si la situation « évoluait », l’ADLC "serait extrêmement attentive à la puissance du nouvel ensemble a déclaré Bruno Lasssere le président de l’Autorité de la Concurrence ajoutant : "je ne suis pas adepte du meccano, je n'ai aucune vision préalable ni pensée unique. La qualité de la concurrence ne vient pas d'un nombre idéal d'acteurs, ni d'un chiffre magique, mais des incitations qui seront maintenues entre les opérateurs pour qu'ils puissent continuer à se faire une concurrence non seulement en termes de prix, mais aussi en qualité et en innovation" Interview à la lettre de l'ARCEP (28/11). 
De toute façon il n’a : "été approché, sondé par personne, ni Altice, ni Numericable, ni Bouygues Telecom (…) Ni Free non plus.". (La Tribune, 27/11). 
 
Numéricable vient de débourser 19 milliards pour racheter SFR et 325 millions pour racheter Virgin Mobile.Il est endetté pour 11,6 milliards, mais il ne remboursera que 600 millions d’euros d’intérêts par an sur 7 ans avant de rembourser le capital, ce qui lui laisse un peu de marge. 
Le nouvel ensemble va peser 53% de parts de marché sur le très haut débit, 24,6% sur le haut et très débit et 32,2% sur le mobile. Bref un vrai numéro deux pour challenger Orange, mais il y a du travail. 
 
Selon Les Echos, Altice devrait également s’offrir Portugal Telecom, il est entré en négociations exclusives avec le brésilien Oi pour 7,4 milliards d’euros pour acquérir l’opérateur historique

Pour signaler une erreur dans l’article, surlignez le passage en question et pressez les touches Ctrl+Entrée de votre clavier.