NCNCCBYTEL

 

Vous pensiez que le marché allait se reposer un peu suite au propos de Xavier Niel, confirmant que Bouygues Telecom n'était pas vendeur la semaine passée dans différents interviews lors des tentatives au premier semestre 2014 et bien vous en serez pour vos frais.

 

En effet à peine le feu vert émis par l'ADLC sur le rachat de SFR par Numéricable, que la bourse s'emballe à nouveau et pris de délire cette fois, elle envisage une hypothèse sur le rachat de Bouygues Télécom par Numéricable, croulant sous les dettes, mais serait la solution finale et salvatrice pour le marché.

 

Bien sûr dans cette hypothèse, il faut un vendeur et un acheteur, si l'on sait que l'appétit de Numéricable semble actuellement démesuré, la motivation du groupe Bouygues pour se séparer de son bébé télécom semble bien moins perceptible, l'entité Bouygues Télécom s'engage d'ailleurs dans une profonde mutation durable de l'entreprise, sur un marché avec quatre acteurs et affûte sa stratégie en conséquence et les projets de développement, innovation et investissement ne semble pas en panne.

 

Le monde des affaires est sans pitié, au final l'actionnaire pourrait saisir une opportunité et elle peut toujours être envisagée, mais on se demande si finalement les principaux intéressés par ces affaires, ne sont pas ces banquiers avides d'opérations spéculatives pour jouer sur les titres à très court terme, bien loin des stratégies industrielles qui s'engagent sur plusieurs années. 

 

Source : Les Echos

Pour signaler une erreur dans l’article, surlignez le passage en question et pressez les touches Ctrl+Entrée de votre clavier.