Le Directeur adjoint de Bouygues Telecom s’exprime sur la fin des zones blanches. Comme nous l’évoquions il y a quelques jours,  les 4 opérateurs de télécoms ont conclu un accord historique et vont investir 3 milliards d’euros pour en finir avec les zones blanches. Didier Casas s’est donc exprimé sur le sujet lors d’une interview à Radio Classique.

Lors d’une interview à Radio Classique, Didier Casas, Directeur Adjoint de Bouygues Telecom s’est donc exprimé à propos de l’accord historique signé entre les 4 opérateurs de télécoms, le gouvernement et l’ARCEP. Cet accord a notamment pour but d‘en finir avec les zones blanches, où les Français n’ont pas accès à un réseau mobile de qualité mais aussi de couvrir les principaux axes de transport, et notamment les 30.000 km de lignes ferroviaires, lignes de TER comprises.

Selon Didier Casas, avec cet accord, l‘état change « totalement et radicalement la façon qu’il a de gérer la téléphonie mobile ». En effet,  l’État a décidé de reporter de dix ans, les enchères sur le renouvellement des fréquences. En échange, les opérateurs financeront donc à 100% la construction et la gestion des pylônes. En effet, les fréquences, qui sont en fait comme la matière première des opérateurs et qui permettent d’offrir les services mobiles, appartiennent à l’Etat. Tous les opérateurs étaient donc réunis tous les 3 ou 4 ans pour acheter ou louer le droit d’utiliser ces fréquences, ce qui représentait un coût d’environ 2 à 3 milliards d’euros au total.

En repoussant les enchères, les opérateurs vont donc pouvoir utiliser cet argent, auparavant versée à l’Etat, pour déployer des antennes mobiles supplémentaires là où c’est nécessaire, c’est-à-dire dans les zones blanches, où les Français n’ont pas accès à un réseau mobile de qualité.

Didier Casas a donc déclaré qu’avec cet accord, les opérateurs vont faire en 3/4 ans, ce qui a été fait déjà depuis 15 ans et vont donc investir entre 3 et 4 milliards d’euros, ce qui est tout de même considérable.

Selon ce dernier, cet accord va également permettre à Bouygues Telecom d »avoir une « visibilité supplémentaire de 10 ans sur l’utilisation de fréquences » puisque les enchères sont repoussées de 2021 à 2031. Il a également ajouté que Bouygues Telecom, qui existe maintenant depuis 20 ans, a toujours voulu « apporter le meilleur de la technologie à chacun de nos clients », et que lorsqu’ils ont « la possibilité de le faire plus loin dans les territoires, ils sont ravis de pouvoir le faire ».

Pour signaler une erreur dans l’article, surlignez le passage en question et pressez les touches Ctrl+Entrée de votre clavier.

Attention, ce contenu a été publié il y a 3 ans. Il peut être obsolète.