Bouygues Telecom et l’ANFR étudient l’impact des éoliennes sur les liaisons radio : La loi de transition énergétique implique le développement des énergies renouvelables tel que le solaire ou encore l’éolien. Or, les éoliennes peuvent perturber les liaisons faisceaux hertziens et donc les radars.

En effet, l’impact des éoliennes sur les radars est un sujet bien connu de l’ANFR. De plus en plus d’éoliennes sont installées en France mais celles-ci peuvent perturber les radars (  militaires, équipements de surveillance météorologique ou dispositifs de navigation aérienne) qui sont indispensables pour notre sécurité au quotidien. C’est lorsque les pales métalliques se mettent en mouvement, qu’elles réfléchissent ou diffractent les impulsions radioélectriques envoyées par les radars.

En 1998, l’ANFR avait déjà été saisie d’une demande concernant l’implantation d’éoliennes en Bretagne et avait donc mis en place une procédure d’information sur les risques de perturbations des radars. C’est en 2002 que l’ANFR a établi son premier rapport sur les perturbations dues aux éoliennes.

En 2004, Météo France, l’Aviation civile et le Ministère de la Défense ont saisi pour la première fois l’ANFR et trois rapports ont permis d’approfondir ce sujet.

L’ANFR a donc ensuite mis en place des textes réglementaires pour faire cohabiter les radars et les éoliennes :

  • Une circulaire signée en 2008, entre le ministère de l’Ecologie, du développement et de l’aménagement durable et le ministre de la Défense, recommande des zones de protection (5 km) et de coordination (de 5 à 30 km) pour limiter l’effet des éoliennes sur les radars 
  • En 2011, un arrêté fixe les distances d’éloignement pour les radars météorologiques et radars primaires  de l’aviation civile et les radars portuaires. Pour les radars militaires, l’exploitant du parc éolien doit recevoir l’accord de la zone aérienne de défense concernée.
  • En 2014, un arrêté, permettant que des modèles de prévision des perturbations occasionnées par les éoliennes puissent être validés par le ministre chargé des installations classées pour la protection de l’environnement, est mis en place.

L’ANFR a également contribué à des travaux d’études sur l’impact des éoliennes sur les radars. Elle a ensuite identifié les institutions possédant une expérience riche dans le domaine et a donc mis en relation le ministère de l’Ecologie avec l’Université du Pays Basque de Bilbao (Espagne) qui dispose d’un simulateur couvrant un large spectre de services radioélectriques.

Bouygues Telecom contribue également à ces travaux d’études en analysant un rapport “ECC 260” développé par cette université du Pays Basque de Bilbao. Bouygues Telecom va donc aider à évaluer l’impact des éoliennes sur les liaisons faisceaux hertziens.

Des élèves de 2ème année de l’ENSTA Bretagne vont également contribuer à cette étude : Ils ont pour objectif d’évaluer certains modèles de simulation d’éoliennes.

Pour signaler une erreur dans l’article, surlignez le passage en question et pressez les touches Ctrl+Entrée de votre clavier.