L’ARCEP, le gendarme des télécoms, a créé en début 2016 un observatoire des déploiements mobiles en zones peu denses. L’ARCEP publie son observatoire sur les zones peu denses mis à jour et Bouygues Telecom respecte les obligations de l’ARCEP.

En effet, selon l’ARCEP, connecter l’ensemble du territoire et en particulier connecter les zones peu denses en mobile est une priorité. En effet, jusqu’ici, beaucoup de ces zones peu peuplées étaient privées de réseau. Même un simple appel vocal y était parfois impossible. L’ARCEP veille donc à ce que les opérateurs veillent à respecter sur leurs obligations de déploiement en 2G,3G et 4G.

Cet observatoire fait donc le point sur le déploiement des opérateurs face aux obligations du programme gouvernemental ” zones blanches – centres-bourgs ” mais aussi des autorisations d’utilisation des fréquences 4G.

Concernant les “zones blanches – centres-bourgs “, les opérateurs doivent, grâce à un réseau mutualisé (partage entre plusieurs opérateurs) et à des aides de l’état, apporter une couverture réseau dans un certain nombres de centres-bourgs jusqu’ici non couverts. Lorsque ce programme de couverture a été lancé en 2003, il comptait 4000 centres-bourgs. En 2016, 268 y ont été ajoutés et 273 en 2017. Ces centres-bourgs concernent 1% de la population et les opérateurs ont dû couvrir, au plus tard le 30 juin 2017, toutes les zones du programme en 3G (ou six mois après l’installation du pylône par l’état).

Malgré des problèmes d’implantation du pylône dans 3 communes, les opérateurs indiquent avoir respecté les obligations. Des vérifications auront lieu au second semestre. Ainsi, 3500 communes et centres-bourgs sont désormais couverts en 3G.

Concernant la 4G, la zone peu dense du programme de déploiement  compte plus de 22 500 communes rurales et représente 18% de la population mais 63% du territoire. Les opérateurs utilisant des fréquences 4G en bande 800 MHz comme Bouygues Telecom, Orange ou SFR ont eu pour obligation et l’ont respectée, de couvrir pour 40% de la population de cette zone peu dense pour le 17 janvier 2017. SFR, Bouygues Telecom, et Orange déclarent, ce mois-ci, respectivement couvrir en 4G, 74%, 70%, 69% et 47% de la population dans cette zone peu dense du programme.

Free qui n’utilise pas cette bande 4G est tenu de couvrir 50% de la population de cette même zone en 4G pour le 17 janvier 2022.

 

Pour signaler une erreur dans l’article, surlignez le passage en question et pressez les touches Ctrl+Entrée de votre clavier.