Très haut débit : 9 millions d’abonnés en France fin 2018. Le gendarme des télécoms vient de publier son observatoire du marché des services fixes à haut et très haut débit à fin décembre 2018. On comptabilise désormais 4,8 millions d’abonnements FttH.

Durant le dernier trimestre de l’année 2018,  le nombre d’abonnements au très haut débit (THD) toutes technologies confondues (débit descendant  30Mb/s) a progressé de 615 000 pour arriver à 9 millions d’abonnés (sur 20,1 millions de locaux éligibles). L’année 2018 a battu un record de croissance avec une augmentation du nombre d’abonnements au très haut débit de 2 millions.

À la fin de l’année 2018, le nombre d’abonnements au haut et très haut débit était de 29,1 millions. Le nombre d’abonnements THD représente donc  45% du nombre de locaux éligibles, en croissance de 6 points en un an.

L’ARCEP précise également que 80% de l’accroissement du très haut débit en France provient du déploiement de la fibre optique de bout en bout (FttH). Le nombre d’abonnements au FttH est de 4,8 millions, soit une progression de 485 000 par rapport au trimestre précédent.

Au 30 décembre 2018, on comptabilisait 13,5 millions de lignes éligibles aux offres FttH (+32 % en un an). Sur les quatre derniers trimestres, 3 212 000 locaux supplémentaires ont été rendus raccordables au FttH dont 1 013 000 pour le quatrième. Ce trimestre enregistre encore une fois une progression importante du déploiement FttH dans les zones d’initiatives publiques (zones rurales) avec 249 000 nouveaux locaux éligibles (1,98 million de locaux couverts en FttH au total).

Le taux de mutualisation des lignes FttH a progressé mais reste encore très en retrait dans ces zones (29%).

L’ARCEP fait aussi un rappel sur les engagements d’Orange et SFR sur la fibre dans les zones AMII (Appel à Manifestation d’Intention d’Investissement). Les deux opérateurs se sont engagés dans une lettre envoyée au gouvernement, à couvrir d’ici 2020 environ 13,7 millions de locaux des zones moyennement denses, c’est-à-dire les villes moyennes ou les zones périurbaines.

Le gendarme ajoute encore une fois que les deux opérateurs doivent intensifier le rythme s’ils veulent atteindre leurs objectifs. À la fin du quatrième trimestre 2018, on comptait 48 % de locaux rendus raccordables dans les communes où Orange s’est engagé et 36 % pour celles de SFR.

Suite à la publication de ces résultats, l’ARCEP vient de mettre à jour sa carte de couverture fibre.

Pour signaler une erreur dans l’article, surlignez le passage en question et pressez les touches Ctrl+Entrée de votre clavier.