La plateforme “J’alerte l’Arcep” fête son premier anniversaire. Lancée en octobre 2017, la plateforme du gendarme des télécoms permet de signaler des dysfonctionnements rencontrés par les particuliers, collectivités ou entreprises avec leur opérateur fixe, mobile et même postal.

Après une première année d’existence, l’Arcep fait un premier bilan de sa plateforme de signalement. En un an, l’Arcep a comptabilisé 34 000 alertes dont 28 000 faites directement sur la plateforme, soit cinq fois plus qu’avant la mise en place de “J’alerte l’Arcep”.

Pour rappel, celle-ci permet aux utilisateurs de signaler les dysfonctionnements qu’ils peuvent rencontrer dans leurs relations avec les opérateurs fixes, mobiles, internet et postaux.

La plateforme a donc un double objectif : 

  • Elle permet aux utilisateurs (particuliers, entreprises, collectivités) de faire peser leur expérience dans la régulation du marché, pour inciter les opérateurs à améliorer leurs services et à investir dans leurs réseaux. Les clients peuvent également obtenir rapidement des conseils adaptés à leur situation. 
  • Pour l’Arcep, la plateforme permet de suivre en temps réel les difficultés rencontrées par les utilisateurs. Le gendarme des télécoms peut ainsi cibler son action et être plus efficace dans ses actions de régulation.

Parmi l’ensemble des signalements qui concernent souvent des cas personnels, la plateforme a permis à l’Arcep d’instruire plusieurs dossiers importants comme une mise en demeure d’Orange sur la qualité du réseau cuivre, un dossier concernant des problèmes de portabilité des numéros fixes chez SFR ou encore de mettre en place une vigilance accrue sur Ciel Télécom, opérateur pour entreprises suite à de nombreux problèmes de relations avec ses clients.

En 2019, la plateforme devrait évoluer afin d’exploiter au mieux les alertes et de mieux catégoriser les alertes.

Pour signaler une erreur dans l’article, surlignez le passage en question et pressez les touches Ctrl+Entrée de votre clavier.