Après plusieurs contestations du monopole d’Orange sur le marché de la fibre, l’ARCEP impose des contraintes à Orange même si les obligations qui lui sont imposées restent clémentes selon certains opérateurs.

En effet, Orange possède 70% des parts du marché de la fibre en France et est très souvent accusé de monopole par ses concurrents. Suite à ces nombreuses contestations, l’ARCEP a décidé de réagir et de mettre en place une batterie d’obligations mais pas de régulation spécifique pour Orange. C’est donc un vrai soulagement pour l’opérateur historique même si cela donne en partie raison aux autres opérateurs. L’opérateur s’est donc engagé devant l’ARCEP de respecter les nouvelles obligations en échange de quoi, il n’a pas à subir une régulation asymétrique.

Parmi ses obligations, Orange devra permettre la revente de ses offres d’accès par d’autres opérateurs et proposer en option, un rétablissement en 10h en cas de coupure. Il devra aussi faciliter le développement d’un marché de gros accessible aux concurrents et faire davantage d’efforts sur le marché de la fibre d’entreprises. L’ARCEP estime également “nécessaire qu’Orange permette très rapidement la revente par des tiers de ses propres offres d’accès vendues sur le marché de détail entreprises basées sur son réseau FttH“. 

L’ARCEP a donc mis en place plusieurs obligations qu’Orange va devoir respecter, mais les concurrents risquent de les trouver insuffisantes et pourraient être déçus par la décision prise par le régulateur.

Vous pouvez retrouver ici les obligations de l’ARCEP plus en détail.

Pour signaler une erreur dans l’article, surlignez le passage en question et pressez les touches Ctrl+Entrée de votre clavier.